ACCUEIL  > Retours d’expérience à L’Envol
Témoignage de Sébastien Uguet, responsable de pôle à L’Envol

Depuis quelques années, la Maison d’Enfants L’Envol accueille de jeunes volontaires en service civique pour partager les enjeux de son projet associatif. Une chance pour tout le monde !

Bonjour Sébastien, pouvez-vous nous présenter La Maison d’Enfants L’Envol ?

L’Envol est une association Loi 1901. Ses missions existent en Côtes d’Armor depuis 1980, année où elle a pris le relai sur les œuvres des sœurs de la Charité en faveur de la protection de l’enfance. Désormais portée par un vent laïque,  L’Envol accompagne le quotidien de 250 personnes âgées de 0 à 21 ans et leurs familles par habilitation du Conseil départemental. Accueil, hébergement et suivi des publics s’articulent aujourd’hui au sein de 5 pôles éducatifs et sociaux, associés à un pôle technique et un pôle administratif. Cet ensemble de services et de structures d’hébergement est réparti sur différents sites de l’agglomération briochine. Jeunes enfants, adolescent·e·s, mineur·e·s et jeunes majeur·e·s étranger·ère·s non accompagné·e·s, familles… les plus fragiles peuvent compter 24/24h sur une quinzaine de bénévoles et une centaine de professionnel·le·s portés par une ambition commune : permettre à chaque jeune de grandir à partir de ses besoins et de l’ouvrir au monde par le prisme de son projet de vie. 

Comment L’Envol s’est-elle lancée dans l’accueil de volontaires en Service Civique avec la Ligue 22 ?

Pour nous, l’intégration de volontaires à nos équipes est une autre façon d’être disponible pour la jeunesse. Nous en sommes à notre 4è expérience d’accueil dans les services pour mineurs après diverses missions d’appui à la scolarité, de création de projets de loisirs. Nous souhaitions renforcer le tutorat des volontaires, notamment pour ce qui relève de la sécurité émotionnelle, affective et managériale. Une rencontre avec Christophe Capel, responsable du Service Civique à la Ligue 22, nous a convaincus. Par le biais de notre affiliation à la Ligue, nous avons trouvé un appui pour renforcer notre professionnalisme, notre capacité d’accueil, nos compétences auprès des services civiques, par la formation des tuteurs notamment. C’est une manière d’enrichir les parcours professionnels, en bénéficiant d’un nouvel espace de rencontres, propices au dialogue et à la co-construction, au partage d’expériences. En tant que structure d’accueil affiliée, nous entretenons une relation de proximité. Et puis nos démarches d’accueil de volontaires sont aussi grandement facilitées puisque l’agrément national est porté par la Ligue.

Quels autres avantages voyez-vous dans ce dispositif ?

L’accueil de volontaires permet à L’Envol de répondre à des besoins de disponibilités aux côtés des jeunes. Il faut savoir que l’affinité des âges joue beaucoup sur l’appui à la scolarité. Nous portons également un intérêt à la mission d’éducation et de développement de la jeunesse. Accueillir et accompagner le volontariat, c’est concourir à ça. Pour le ou la volontaire, les missions ce sont des rencontres et une opportunité autre de s’enrichir par de nouvelles expériences, différentes de celles d’un cursus classique. Ce qu’on appelle la pédagogie informelle ou non-formelle. Cela permet aussi de préciser ou d’orienter un parcours. Le temps d’un service civique,  une relation de confiance réciproque se construit, s’installe et ne s’oublie pas. En cas de besoins, il nous arrive de faire appel à d’anciens volontaires qui connaissent bien la structure et les publics.

Comment construisez-vous l’accueil des volontaires ?

Les missions se doivent d’être pertinentes et très précises. C’est un travail de co-construction que nous menons avec Christophe à la Ligue 22. Charge à lui de diffuser l’offre et de collecter les réponses. Ensemble, et avec le futur tuteur, nous choisissons les personnes volontaires qui correspondent le mieux aux besoins, de la mission elle-même et aux leurs.

Parlez-nous du tuteur ou de la tutrice. Quel est son rôle ?

Le rôle du tuteur est très important. Il est garant du respect du cadre de la mission. C’est la personne qui est disponible pour écouter et répondre aux questions du volontaire. Il le soutient et le sécurise dans son quotidien auprès de nos publics. Il lui apporte aussi un éclairage sur ses perspectives d’avenir à l’issue de son volontariat. Pour autant, le volontaire s’inscrit avant tout dans le sens du collectif. Il fait partie d’une équipe. Cette équipe, c’est un lieu à la fois de résonnance et à la fois de dilution émotionnelle. Et si difficulté il y a, le volontaire trouvera aussi une réponse collective.

Avez-vous des suggestions pour améliorer le dispositif du Service Civique ou l’accompagnement des structures ?

Je vois une chose qui relève du cadre légal et juridique des missions de volontariat. Je proposerai d’adapter le degré d’autonomie du volontaire et d’élargir le niveau de tolérance selon le contexte de sa mission.

Quels conseils donneriez-vous pour accueillir un volontaire ?

Je dirais : Donnez-vous les moyens d’accueillir ! Allez-y, c’est une chouette expérience pour le volontaire, la structure et les publics qu’elle accompagne. Le Service Civique est un stimulus et permet d’exprimer des idées parfois un peu folles. 

Si vous deviez définir le Service Civique en 3 mots ?

Jeunesse,
Joie (pour ne pas dire folie),
Et Engagement !

Voir le témoignage de Zazie, volontaire en service civique à L'Envol

 



Recherche


Inscription newsletter


Ressources

CRDVA 22

Ligue de l'enseignement des Côtes d'Armor - 89, boulevard Edouard Prigent - 22000 Saint-Brieuc
T 02.96.94.16.08 - E-mail : laligue22@laligue22.org - Politique de confidentialité - Mentions légales

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et mesurer le trafic de notre site internet. Pour plus d'informations, nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus
J'accepte